Une femme de ménage d'un certain âge, effacée et peu instruite, qui s'est toujours contentée d'une existence modeste et solitaire, reçoit inopinément en héritage une maison délabrée entourée d'un jardin à l'abandon. Quittant sur un coup de tête sa vie parisienne, elle déménage en Normandie et apprivoise peu à peu la maison et le jardin. Elle rencontre une adolescente rebelle venue passer ses vacances dans la région, et toutes les deux vont nouer une amitié silencieuse dans lequel le jardin et la nature jouent un rôle primordial.

Entre ces trois êtres qui semblent voués à la solitude, deux femmes que tout sépare et un jardin sauvage, un lien va se créer par-delà les mots, un lien salvateur pour tous les trois.

Ce petit récit à la fois concret et suggestif nous entraîne dans le monde secret et délicat de ces affinités profondes, inexplicables, souvent indicibles, qui aident à grandir, à croître et à mûrir.

  « Dans l’ombre grandissante, tournées vers un marronnier dont le faîte s’empourprait dans le crépuscule, nous nous tenions côte à côte sur la passerelle d’un navire qui avait, à notre insu, largué les amarres et entamé un voyage qui durerait plusieurs années, dure toujours... »